Apprendre à s'orienter dans un monde incertain

P1010043.jpg

Faites partie du réseau national et européen de TROUVER-CRÉER.

 


TROUVER/CRÉER
66, avenue Jean Mermoz
69008 LYON
tél : 04 78 77 36 19

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Se connecter

Recherche mot clé

En ligne

Nous avons 40 invités et aucun membre en ligne

Glossaire
 
. A.D.V.P
Activation du développement vocationnel et personnel. Conception psychopédagogique de l'orientation élaborée par des chercheurs québécois en 1974
. L'âne
"On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif !"
Pose le problème de la motivation, mais peut-on ne se préoccuper que de la soif de l'âne?
. La chèvre
"Là où on attache la chèvre, elle broute !"
Résume de manière imagée, une pratique courante d'orientation, mais que faire quand il n'y a rien à brouter?
. L'expérience
Un des concepts fondateurs de notre approche de l'orientation. Doit se vivre, être élaborée, prendre du sens pour dynamiser le développement de la personne.

. Lyon
Lieu de naissance de l'Association Trouver/Créer (1987). Lyon était depuis longtemps au coeur des recherches sur l'orientation. C'est une lyonnaise, la psychologue Geneviève Latreille, qui a utilisé la première le paradoxe Trouver/Créer pour décrire le processus de choix du métier et l'importance des facteurs sociologiques et économiques.
C'est au sein de l'Université Lyon II que s'est développée une nouvelle culture de l'orientation jetant un pont entre les conceptions françaises et québécoises.
.Orientation
"S'orienter, c'est inventer son histoire personnelle, chercher à lui donner du sens, partagé avec les autres citoyens, dans une histoire collective traversée en permanence, par nos luttes et nos rêves."
. Paradoxe
Un des principaux caractères du "vivant".
Introduire ce concept en orientation, c'est insuffler le dynamisme de la vie dans les pratiques et une plus grande cohérence dans l'approche théorique.

. Rêves
Aller des rêves à l'expérience... De l'expérience à la compréhension de la réalité... Elaborer de nouveaux rêves...
Entre les illusions et les réalités, les rêves alimentent sans cesse la construction/déconstruction des projets.

. Trouver/Créer
Paradoxe fameux mis en évidence par le psychologue anglais D.W. Winnicott pour caractériser le développement de l'enfant. En orientation, Geneviève Latreille a démontré qu'un métier n'est ni trouvé ni crée, mais trouvé/créé. Dans un monde changeant, on ne peut "trouver sa place" comme si elle était prévue de toute éternité. Pourtant, on ne crée son histoire personnelle qu'en tirant parti des opportunutés et des contraintes de l'environnement, seul et avec d'autres.

Pour poursuivre: réflexions autour de quelques mots importants :

  • Orientation active :

    Expression très vague pour désigner un ensemble d’activités autour de l’orientation scolaire et professionnelle, évoquant la définition établie par l’Union Européenne (CEDEFOP 2005)
    Elle suppose que l’individu qui s’oriente, ou que les institutions qui orientent « s’activent »… En particulier, l’individu essaie de devenir « acteur » de son orientation. On parlera aussi, d’éducation à l’orientation, d’éducation des choix, de droit à l’orientation tout au long de la vie, d’auto orientation. Acteur, de plus en plus, mais « auteur » de son orientation ?
    Et si, « s’orienter, c’était inventer son histoire personnelle, lui donner du sens, dans une histoire collective, d’où les luttes et les rêves ne seraient jamais exclus ? » (Trouver/Créer)

  • Déontologie professionnelle :

Il s’agit d’un ensemble de règles régissant la morale d’une profession à l’image du code de déontologie des médecins. Elle définie par les professionnels d’une profession eux-mêmes. Ce code porte en particulier sur le respect du secret professionnel et sur les règles qui encadrent les pratiques professionnelles.
Cela implique une définition juridique des professions, les conditions d’accès, la validation de la formation, les sanctions en cas de manquement… Du même coup cela pose un problème dans le champ de l’orientation à cause de la multiplicité et de la diversité des intervenants.

  • Ethique :

La définition la plus pertinente est celle de P. RICOEUR. « J’appelle éthique, le souhait d’une vie accomplie, avec et pour les autres, dans de le cadre d’institutions justes. L’éthique comme souci de soi, comme souci de l’autre, comme souci de l’institution. Je tiens beaucoup à la corrélation entre les trois termes, l’élément réflexif, l’élément d’altérité et l’élément institutionnel » Une réflexion éthique s’appuie en général sur une multiplicité d’experts de différents domaines qui se réunissent pour tenter de trouver ensemble des réponses aux dilemmes éthiques que les professionnels rencontrent.
Il s’agit d’une interrogation permanente, sur le bien et le mal, les valeurs, le sens de nos actions.

  • Contradictions :

    Echanges d’idées qui se contredisent, souvent de manière extrême, poussant à l’incompatibilité, alors qu’il est possible, en les mettant « à plat », de les démêler de manière logique et rationnelle, et de les faire disparaître. Dans le champ de l’orientation, les contradictions sont de plus en plus nombreuses et exacerbées par les incertitudes du monde d’aujourd’hui. Pour ne pas faciliter les choses, le vocabulaire courant augmente la confusion en appelant « paradoxes » ce qui est parfois « simples contradictions » …
  • Paradoxe :

Notion difficile à aborder… Le paradoxe, c’est d’abord un raisonnement qui dérange, heurte le bon sens, qui affiche une proposition à la fois vraie et fausse : c’est le « trou noir de la logique ».
Les paradoxes les plus connus sont logico-mathématiques, mais les développements actuels des sciences, lui font une place grandissante : Si A est vrai, alors non-A est vrai en même temps.
La notion a été introduite dans les sciences humaines par G.BATESON et les chercheurs de PALO ALTO, pour mieux comprendre les phénomènes intersubjectifs et interactionnels.
De son côté, D.W WINNICOTT, avec d’autres appuis théoriques et cliniques a mis en évidence les paradoxes qui accompagnent le processus de maturation de l’enfant.
Plus tard (1982), G.LATREILLE, mettra en évidence le paradoxe du « métier trouvé-créée », et l’appliquera à la création des emplois et à l’orientation professionnelle.

  • Injonction paradoxale :

Les paradoxes nous permettent d’approcher la réalité complexe pour mieux agir sur elle : à la fois l’accepter et la modifier, ils engagent dans l’action, le temps et l’espace. Au contraire l’injonction paradoxale, impose un paradoxe, pour le faire disparaître : « Sois spontané ! » .Cette situation de « double bind » enferme le récepteur dans une situation pathologique qui entraîne, soit le repli dans l’inaction, soit la violence, soit l’évitement. Mais les trois sorties conduisent au dé-lire. Les injonctions paradoxales sont malheureusement fréquentes dans le champ de l’orientation. R. ROUSSILLON a mis en évidence qu’elles étaient accompagnées par deux autres types de communication pathogènes : la mystification et la disqualification.